RESTAURATION du paysage forestier de l’aire protégée Anjozorobe Angavo

La restauration forestière est plus que jamais indispensable à Madagascar. Le réchauffement climatique, la pénurie d’eau, la destruction de l’habitat des animaux, tout cela résonne comme une alerte. L’action est plus qu’urgente. 900 plants ont été de ce fait plantés par la population riveraine le vendredi 20 janvier, au sein de l’aire protégée Anjozorobe Angavo.

Se situant à 90 kilomètres de la capitale, l’aire protégée s’étendant sur 41 100 Hectares regorge d’une diversité de faune et de flore dont des lémuriens (indri indri) et des orchidées ( Angraecum elephantinum). Sa couverture forestière est composée de forêt humide de haute altitude et de forêt humide de montagne. Comme une partie de cette zone forestière a été détruite principalement par le feu, une restauration a donc été faite.

Principalement, la restauration forestière a pour objectif de restaurer la forêt pour des raisons écologiques et de conserver la biodiversité. Réhabiliter, reboiser, protéger, rétablir la couverture forestière, tels sont les maîtres-mots de l’action de Fanamby. Aidée par les soixante-dix (70) villageois provenant des communes d’Antsahabe, Ambodipaiso, Ravoandriana et Andreba, l’association a pu terminer en un temps record la plantation de 900 pieds. En amont, le nettoyage de la zone de restauration : Des espèces envahissantes empêchant la bonne pousse des plants ont d’abord été enlevés. En aval, le trouage pour le boisement de pépinières a été fait. Et enfin, Six espèces de plantes ont été mises en terre : (Neotina isoneura) voandanahary, Famelona (Gambeya boiviniaina), anjananjana (Rhodolaena paviflora), felaborona (Stadmania sp), voapaka (Uapaca thouarsii), elatrangidina (Stadmania oppositifolia).

La participation active de la population a été plus qu’impressionnante car malgré qu’une quarantaine de la population riveraine a été attendue, soixante-dix villageois ont répondu présents. Ces derniers ont été conscients des  risques liés aux exploitations de la forêt (charbon, feux), ainsi que de la dégradation de la forêt. Zo Santatra, un jeune du Fokontany Antsahabe a affirmé que l’extension de la partie forestière dégradée aide à améliorer la condition de l’habitat des lémuriens. Les villageois sont également convaincus de la répercussion de la couverture forestière sur le climat.  Dadanaivo insiste même sur fait que « La pluie se fait rare,  il fait de plus en plus chaud et cela a un impact direct sur notre culture. » A cet effet, il est donc indéniable que la forêt représente une ressource pour la communauté.

Et pour la suite …

Ceci n’est qu’un commencement. Fanamby a pour objectif de planter 90.000 plants viables rien que pour cette année sur chaque site. Pour le cas de l’aire protégée Anjozorobe Angavo, les suivis seront sous la responsabilité des guides locaux ainsi que les membres d’associations dont les KMT (Komity Miaro ny Tontolo iainana). De plus, une restauration forestière dont les pépinières proviendront de l’aire protégée même, est aussi au programme. Créer le maximum de pépinières pour permettre à la population riveraine d’en planter autant que possible, tel est l’objectif de l’aire protégée Anjozorobe Angavo.

L’association projette d’étendre ce reboisement sur tous les sites de l’association dont l’Allée des Baobabs, Andavakoera Andrafiamena, Loky Manambato et Menabe. La restauration et le reboisement seront donc une priorité pour cette année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s