Exploitation illicite de bois de Palissandre dans l’Aire Protégée de Menabe

Suite à des contrôles et des descentes inopinés effectués par les différents partenaires de gestion de la Nouvelle Aire Protégée de Menabe Antimena (Région Menabe), des exploitations illicites de bois de palissandre et d’anakaraka se font et continuent de se faire à l’intérieur de l’Aire Protégée.

Pas plus tard que la semaine dernière, des camions circulent, remplis de ces bois et sortent de l’Aire Protégé sans être inquiétés. Selon les témoignages des communautés des localités riveraines et des organes de contrôle mis en place par l’entité délégataire de la gestion de l’aire protégée et ses différents partenaires, les ouvriers de transbordement de ces opérations illicites sont accompagnés par des hommes armés. Aussi, les comités de suivi et de contrôle sont-ils incapables de procéder à des contrôles légaux, PV, saisi, répression ou autres car menacés, ne peuvent même pas les approcher.

Face à la montée de la corruption et de la recrudescence de l’insécurité dans les sites de conservation, la gouvernance est mise à mal. Les entités juridiques et forces de répression ainsi que les exploitants privés seraient, complices, voire, propriétaires de ces bois illicites.

Le 19 Avril dernier, 54 longrines de bois ont été saisis et déposés dans l’enceinte du bureau de la DREF Menabe. L’affaire a été envoyée aux autorités compétentes. Le tribunal aurait dû se faire le 5 Mai 2014. Un fait très minime et une opération de saisie insignifiante par rapport au braconnage des tonnes de bois précieux qui sortent depuis de longs mois. La situation dépasse la compétence des autorités régionales locales en raison de l’implication des hautes personnalités de l’Administration de tutelle, des Forces de l’ordre et celles de la Justice.

Passage d’un camion rempli de bois de palissandre circulant librement dans l’Aire Protégée de Menabe Antimena

3000 tonnes de bois de rose ont été saisis récemment à Singapour, 640 tonnes au Kenya et 28 conteneurs à Colombo Sri-Lanka et maintenant, il est grand temps de dénoncer ce réseau de trafiquants de bois de palissandre dans le MENABE qui s’étend dans toute l’île.

Saisi de 54 longrines de bois de palissandre par les représentants de la DREEF et des comités de suivi locaux le 19 Avril dernier

Il y a péril en la demeure quant à la survie des forêts et de l’aire protégée de Menabe Antimena. Pourtant, les richesses écologiques et touristiques n’y sont pas des moindres.

L’aire protégée de Menabe Antimena assure les fonctions écologiques fondamentales telles que la préservation et la stabilisation des sols, la régulation du régime hydrique, le maintien des couvertures forestières sur sable roux, la protection contre les érosions. Sans oublier que les mangroves protègent contre l’érosion côtière, et assurent l’ atténuation des changements climatiques.

 

La Nouvelle Aire Protégée (NAP) Menabe Antimena contient le plus grand bloc de forêt dense sèche restant de l’Ouest de Madagascar. Il s’agit d’un sanctuaire de la nature marqué par la présence des espèces clés natives et des beaux paysages forestiers caractéristiques de la Région. On y trouve huit espèces de lémuriens tel que le plus petit primate du monde le Microcebus berthae ainsi que beaucoup d’espèces endémiques rares : rat sauteur géant, tortues à queue plate, fosa…

Le Menabe figure parmi les sites emblématiques de Madagascar avec sa fameuse Allée des baobabs, et qui constitue en même temps une porte d’entrée vers le Tsingy du Bemaraha, une des plus belles aires protégées et classée patrimoine mondial par l’UNESCO.

 

La Région Menabe, lors de la célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement à Morondava, s’est prononcée en faveur de la protection de l’environnement et de l’application des lois en vigueur. Cela pousse à lancer un énième son de cloche aux autorités compétentes à tous les niveaux et qu’ils agissent devant ce fléau qui fragilise la survie des communautés dépendantes des ressources de cette aire protégée et qui, de surcroît, meurtrit le pays tout entier.

Lors de la dernière visite de Monsieur le Premier Ministre, Kolo Roger le 02 Mai dans la Région Menabe, il a manifesté sa colère face à la destruction des forêts en survolant l’Aire Protégée de Menabe Antimena.

Le Président de la République, SEM Hery Rajaonarimampianina a réitéré sa détermination à lutter contre le phénomène d’exploitation illicite « Nous traquerons sans relâche ces trafiquants, partout où ils se trouveront. Mais je pense que c’est l’affaire de tout un chacun de défendre les ressources naturelles », a-t-il déclaré.

De par ces déclarations, il y a une volonté politique réelle de combattre le trafic mais qui ne se concrétise pas et nécessite de ce fait, l’implication effective de toutes les forces vives en l’occurrence la société civile AVG.

Avons-nous peur de rétablir une bonne gouvernance?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s